QuickRes : profiter de son écran Retina

Les derniers Macbook Pro sont désormais tous équipés d’un écran Retina, et si l’écran n’en demeure pas moins superbe, il ne faut pas oublier que ce n’est au final qu’une dalle classique, d’une résolution démentielle, (3360 x 2100 pour un 13″), et de l’activation du mode « HiDpi » d’OSX qui permet d’obtenir des éléments parfaitement dessinés sans voir aucun pixel.

Apple propose sur ces modèles d’ailleurs de pouvoir choisir entre plusieurs modes de résolutions. Pour le 13″ l’on peut choisir entre le réglage par défaut (1280 x 800), un mode intermédiaire (1440 x 900) et un mode « plus d’espace » (1680 x 1050) avec un affichage « Retina ». Comprendre que l’on peut se retrouver avec l’espace de travail classique de 1680 x 1050 mais sans voir les pixels dépasser. Belle performance sur un écran de 13″ !

Les modes d'affichages sur OSX
Les modes d’affichages sur OSX

Parlons performances justement…

Pour ceux, qui ont testé, activer le mode « plus d’espace » sur le Macbook 13″ revient à ralentir un peu sa machine, et faire apparaitre des saccades bien désagréables lors des animations de l’interface dont on aimerait se passer sur une machine de ce type. Car ne l’oublions pas, pour obtenir l’effet « Retina » pour une résolution utile de 1680 x 1050, le GPU doit calculer une résolution 2 fois supérieure. Ce qui explique aisément les baisses de framerate observés.
C’est fort dommage, car le confort de pouvoir travailler en 1680 sur un 13″ aurait été très sympa ! C’est là qu’intervient un petit utilitaire que j’utilise depuis que je possède ce Macbook 13″, QuickRes.

quickres_2QuickRes c’est quoi?

QuickRes c’est un petit utilitaire qui vient se nicher dans votre barre de menu, et qui vous permet de switcher entre une pléthore de résolutions possibles sur votre Macbook. Mais surtout de proposer des résolutions et modes non proposés par défaut par Apple. Comme éteindre le mode HiDpi, qui permet d’obtenir ce rendu retina, et très consommateur de ressources graphiques, et redonner une vélocité tout à fait appréciable à sa machine.

C’est moche !

Alors oui, lorsque l’on switche la première fois sur une résolution non-Retina, l’ont se surprends à dire : « Oh mon dieu c’est moche » mais au final ce n’est que la même chose qu’un écran classique. L’on s’habitue vite aux bonnes choses !

Les avantages

Les avantages de ce petit logiciel qui se laisse oublier très facilement sont la possibilité de créer plusieurs profils, pour passer rapidement d’un mode à l’autre, et de switcher rapidement d’une résolution à une autre, en fonction de ce que l’on à besoin.
Personnellement j’ai complètement éteint le mode HiDpi sur mon Macbook, et ne l’utilise que rarement. Je préfère largement la vélocité de la machine au rendu très agréable qu’offre ce mode, et la possibilité de pouvoir travailler dans des résolutions comme du FullHD sur un si petit écran est très appréciable en mobilité. Alors oui, pour pouvez aussi aller jusqu’en 3360 x 2100, mais prenez directement un RDV chez votre ophtalmo, il est impossible de travailler convenablement devant une résolution aussi folle sur un écran aussi petit.
Mon petit conseil est de rester en 1680 x 1050 non retina, ce qui vous offrira un bon confort de lecture et d’affichage, en supprimant des saccades intempestives.

Pimp My Terminal sous macOS

Dernièrement les technos web se sont beaucoup automatisées, et l’utilisation du terminal pour réaliser certaines opérations et utiliser certains outils (grunt / gulp / sass / less / npm et j’en passe) s’est largement démocratisée. Mais le terminal, ou l’invite de commande (pour les windowsiens) est toujours un endroit, froid, austère, sans couleurs et difficile à appréhender. J’ai quelques petites astuces pour vous réconcilier avec cet outil très puissant, qui peut réellement vous faire gagner beaucoup de temps bien maitrisé.

Bash c’est bien, Zsh c’est mieux

Sans rentrer dans les détails techniques, de base, OSX intègre bash comme interprèteur de commande. Qu’est-ce qu’un interprèteur de commande me direz-vous ? C’est le petit programme qui comprends les instructions que vous lui envoyez et réponds en conséquence de manière visuelle à celles-ci. Quand vous souhaitez lister le contenu d’un répertoire par exemple, vous lancez la commande ‘ls‘, ce qui vous listera les répertoires, comme ceci :

bash-ls

Magnifique n’est ce pas? (ok, on ne s’excite pas)
Eh bien il existe plusieurs interprèteurs de commandes, avec leurs fonctionnalités et différences, et il est parfaitement possible de passer de bash à quelque chose d’autre de plus sympa très simplement.
Un interpréteur qui m’a particulièrement séduit est Zsh, et plus particulièrement, le set pré-configuré Oh-My-Zsh.

Oh My Zsh !

Ok, mais concrètement, qu’est-ce que j’y gagne ?

Plein de fonctionnalités vraiment sympa, comme l’auto-complétion, des raccourcis bien pratiques, une superbe interaction avec git, de l’auto-correction de commandes et bien d’autres. Pour un bon coup d’oeil aux fonctionnalités, je vous conseille cet article très visuel sur zsh.
Oh My Zsh quant à lui est un moyen simple et efficace d’améliorer zsh, par l’ajout de plugins, et un fichier de configuration simple et facile à modifier. Son installation est enfantine. Ouvrez votre terminal sur OSX, (Applications > Utilitaires > Terminal.app) et copiez-coller cette commande :

sh -c "$(curl -fsSL https://raw.github.com/robbyrussell/oh-my-zsh/master/tools/install.sh)"

Vous devrez simplement entrer votre mot de passe pour passer de bash à Zsh et tadaaa !

ohmyzsh - Installation

Quittez votre terminal et relancez le pour que les changements prennent effet.
Vous pourrez remarquer que le prompt à changé, (le prompt c’est la flèche verte et le tilde ~) ce qui indique que tout c’est bien passé.

Oh My Zsh propose de nombreux thèmes de couleurs et personnalisations, que vous pouvez retrouver sur le github de Oh My Zsh. Mon préféré est af-magic, simple et efficace, et propose l’état de votre repository git du répertoire courant dans le prompt.
Pour modifier le thème par défaut, rendez-vous dans le terminal, et éditez le fichier via la commande :

nano .zshrc

 

Edition de .zshrc
Edition de .zshrc

Pour enregistrer, CTRL-X (oui bien CTRL, pas CMD, ni ALT) puis validez par « Y« , enfin relancez votre terminal, vous devriez voir quelque chose comme ceci :

afmagic ohmyzsh

iTerm, le terminal aux stéroïdes

iTerm propose certaines fonctionnalités qui valent le détour.
La possibilité d’avoir plusieurs terminaux sur la même fenêtre pour commencer, qui va vous permettre de créer votre propre layout et de le sauvegarder aussi,des profils, la gestion des couleurs, de l’auto-complète, de la recherche, et une foultitude d’options qui paraissent nécessaires une fois utilisées. Pour voir toutes les possibilitées de cette petite application, je vous conseille de vous rendre sur la page dédiée de cette dernière.

Ca reste pas très joli…

Ajoutons de la couleur alors ! Un gentil développeur à eu la bonne idée de créer des profils de couleurs très variés, disponibles sur son repo Github. il y en a littéralement pour tout les gouts ! Devant le choix pléthorique des thèmes proposés, voici ceux qui m’ont parus les plus sympas :

Pour installer ces thèmes, rien de plus simple, récupérez le zip, dézippez le, et depuis iTerm, importez puis sélectionnez le thème que vous souhaitez dans les préferences de l’application.

select-preset

 

Voilà, votre terminal est déjà beaucoup plus sympa, beaucoup de fonctionnalités ajoutées, n’hésitez pas d’ailleurs à lire les possibilités d’iTerm ou de Oh My Zsh, pour paramétrer le tout pour vos besoins, et n’oubliez pas de sauvegarder votre .zshrc, pour ne pas répéter l’opération sur toutes vos machines !

Conseils pour une migration en douceur vers macOS El Capitan

Chaque année, Apple sort une nouvelle mouture de son système d’exploitation OSX. Cette année est quelque peu différente, car beaucoup ont pu essayer les betas d’OSX El Capitan sur leur Mac via leur programme de beta publique. Mais pour ceux qui vont voir la mise à jour apparaitre d’ici quelques semaines, voici quelques conseils pour migrer tranquillement et sereinement vers El Capitan.

Ces conseils sont assez généraux, et ne sont pas applicables uniquement au passage à El Capitan, mais aussi pour ceux qui souhaitent mettre à jour d’une grosse version à une autre. (Mavericks vers Yosemite par exemple).

Depuis quelques versions maintenant, il n’est plus possible d’acheter un DVD d’installation  dans le commerce pour l’installer sur sa machine. Tout se passe par l’App Store, avec les soucis que cela peut entrainer. En effet, le passage par une galette physique permettait de réinstaller un OSX propre, et de formatter au passage beaucoup plus facilement. Aujourd’hui, si l’install se passe mal, il devient beaucoup plus difficile sans autre machine de faire quelque chose si on a pas prévu le coup. Car oui, prévoyez vous un petit temps, quelques heures tout au plus pour réaliser la manipulation, vous n’en serez que plus zen !

Maintenez vos logiciels à jour

Restons logique, essayer de faire tourner une application de 2005 sur un système de 2015 est une absurdité. Il ne faudra pas vous étonner, si après la mise à jour celle ci ne fonctionne plus. Les technologies avancent vite, et certaines technologies évoluent rapidement. Certains problèmes de compatibilités peuvent survenir, et vous devriez envisager de mettre à jour vos applications vers leurs dernières versions avant de procéder à la mise à jour du système en lui même. Le passage de Yosemite à El Capitan apporte son lot de modifications importantes, et peuvent entrainer des dysfonctionnements. Vérifiez que votre application est compatible ou que le développeur envisage de fournir une mise à jour pour les éventuels problèmes avec ce nouvel OS avant de procéder à la mise à jour.
Si l’application est très importante pour vous (par exemple une application métier), envisagez de retarder le moment de votre mise à jour jusqu’à ce que le développeur corrige l’application. Si le développement de votre application est arrêté, vous devriez dans tout les cas réfléchir à la changer.
Vous trouverez sans soucis ces renseignements à l’aide d’une petite recherche Google.

La sauvegarde

On ne le répétera jamais assez, mais faites des sauvegardes (régulièrement c’est mieux)! Rien ne sert de venir pleurer sur des forums pour des outils ou solutions miracles pour récupérer vos données. Vous n’en trouverez pas, et vous n’attirerez aucunement la sympathie des gens. De plus, la sauvegarde sur Mac est très facile d’accès à tout un chacun avec un outil très bien fait comme TimeMachine inclus de base. Sa mise en place prends 3min, et vous permettra de ne pas pleurer si quelque chose se passe mal.

TimeMachine, la solution Apple
TimeMachine, la solution Apple

Pour se faire, plusieurs choix s’offrent à vous. TimeMachine fait bien le job, permettant de sauvegarder sur disque externe, un NAS, l’intégralité de son Mac, mais il existe d’autres solutions, comme SuperDuper, qui permettent de créer un clone exact de votre disque sur un autre disque, et de démarrer dessus au besoin ! Si le logiciel peut paraitre austère, son utilisation est quand à elle, très simple.

SuperDuper
SuperDuper vous permettra de démarrer sur un clone de votre Mac

Mais ces outils sauvegardent l’intégralité du Mac, pour une restauration complète. Si comme moi, vous optez pour un formatage et une réinstallation complète du système, ceci n’est pas obligatoirement nécessaire, mais néanmoins pratique. Ne sous-estimez pas l’utilisation de services comme DropBox qui vous permettrons de sauvegarder vos documents et images simplement, et de les remettre en place une fois l’application installée sur le nouveau système.

La clé USB magique

Je pense qu’il est important de réaliser cette petite clé USB, car elle vous permettra de réaliser bien des opérations. Elle vous permettra aussi d’installer une copie fraiche du système, et d’ainsi formatter tranquillement son disque. Pour se faire, c’est très simple, téléchargez la mise à jour depuis l’App Store, mais n’y touchez pas encore ! Munissez-vous d’une clé USB d’au moins 8go, et téléchargez l’application DiskMaker, lancez la, et laissez vous guider par l’application. Une fois la clé réalisée testez là en re-démarrant votre Mac dessus en appuyant sur la touche « ALT » au démarrage. Après un petit chargement, vous devriez être accueilli par l’installer d’OSX.

A ce moment là, vous pouvez formatter votre disque si vous souhaitez partir de zéro et faire une « clean install ». C’est la meilleure solution à mon sens, et le faire tout les ans ne me paraît pas être de trop. De plus, cela ne prends pas beaucoup de temps au final, si vous réalisez vos sauvegardes régulièrement.

Petite astuce pour ne pas repartir totalement de zéro : TimeMachine crée une copie de tout les fichiers de votre Mac, dans des dossiers par date. Vous pouvez utiliser cette sauvegarde (au final ce n’est qu’un disque dur où se trouvent tout vos fichiers) pour replacer au bon endroit vos documents, images et préférences. Vous pouvez aussi utiliser l’assistant de migration de données (Applications > Utilitaires > Assistant Migration) pour remettre vos applications et données comme précédemment. 

Un peu de ménage

Ce qui pose souvent des soucis lors d’une mise à jour de système, c’est le conflit d’utilisation d’anciens fichiers de configuration avec des nouvelles versions des logiciels. Ceux-ci peuvent engendrer des comportements un peu bizarres, ou carrément le non fonctionnement de certaines applications. Une des solutions consiste à créer une nouvelle session utilisateur, ne pas modifier de paramètres, y migrer ses données, supprimer l’ancienne session, et lancer la mise à jour.
Pour ceux qui ne souhaitent pas faire ça, commencez par faire du ménage dans les apps que vous n’utilisez pas. Un bon outil est AppCleaner, c’est gratuit, et supprimera vos logiciels ainsi que leurs fichiers de paramètres.

AppCleaner supprime vos logiciel et leurs préférences
AppCleaner supprime vos logiciel et leurs préférences

Un autre outil très bien réalisé, et qui nettoiera plus en profondeur votre système est CleanMyMac, il est payant, mais vaut clairement le coup, je vous le conseille. Il permettra surtout de supprimer d’anciens fichiers de configuration plus utilisés ainsi que desfichiers de cache, vous libérant de précieux Go sur votre machine.

CleanMyMac, tout pour faire un grand ménage.
CleanMyMac, tout pour faire un grand ménage.

Une fois ce ménage fait, rendez-vous dans l’utilitaire de disque d’OSX, (se trouve dans Applications>Utilitaires>Utilitaire de disque) pour corriger les erreurs possibles du disque.

Etape incontournable ! Réparer les erreurs possibles
Etape incontournable ! Réparer les erreurs possibles

Il est important de réaliser les 2 opérations, commencez par « réparer les permissions du disque« , puis « vérifiez le disque« , et « réparer le disque » au besoin. Si un problème est détecté, et persiste malgré les réparations du disque, il vaut mieux voir à corriger ces erreurs avant d’envisager une mise à jour, sous peine de plus gros ennuis.

Faites la mise à jour !

Vous avez votre sauvegarde sur votre NAS ou disque externe et votre Mac est au top de sa forme, c’est le moment de faire la mise à jour. Suivez les instructions de l’installer d’OSX. Votre machine redémarrera plusieurs fois, c’est normal. Ça peut paraitre logique, mais n’interrompez pas la mise à jour !
Et si quelque chose venait à ne pas fonctionner, n’oubliez pas que vous pouvez toujours restaurer une copie fonctionnelle de votre TimeMachine à l’aide de votre clé USB crée plus haut :)

Bonne migration !

Sketch, les plugins indispensables

L’un des principaux avantages de Sketch c’est la possibilité de créer des plugins pour étendre les possibilités de ce logiciel assez simplement. Et il faut dire qu’il y a le choix !

Je n’ai commencé à utiliser Sketch que récemment, mais j’ai trouvé les plugins suivants très intéressants, si vous en avez d’autres à me conseiller, n’hésitez pas à laisser un commentaire sous l’article ! Merci d’avance.

Installer des plugins Sketch

Il existe 2 manières d’installer des plugins, mais la plus simple à mon sens est d’utiliser ce petit logiciel bien pratique qu’est Sketch Toolbox. Ce dernier répertorie les plugins Sketch, et permet de les installer et désinstaller rapidement.

Sketch toolbox

Pour ceux qui souhaitent le faire de manière « traditionnelle » à la main. Voici le chemin d’accès où copier/coller les plugins.

plugins-library

Tout les plugins cités ci-après sont installables par Sketchtoolbox :)


Content generator sketch plugin

Ce plugin permet de générer du contenu factice rapidement et simplement, idéal pour générer des avatars, noms etc…
Une petite démo en vidéo pour apprécier complètement les possibilités offertes par ce plugin :

 

Plus d’infos ici : https://github.com/timuric/Content-generator-sketch-plugin


Sketch color contrast analyser

Un plugin Sketch qui calcule le contraste entre deux couleur de deux couches et les évaluent contre le WCAG . Le test peut passer AAA , AA ou échouer en raison d’un manque de contraste . Et même si vous ne devez pas répondre à ces exigences , cela pourrait vous aider à concevoir des designs au contenu accessible.

color-contrast-analyzer

Plus d’infos ici : https://github.com/getflourish/Sketch-Color-Contrast-Analyser


Sketch Mate

Ce plugin ajoute bon nombre de fonctionnalités et raccourcis claviers très utiles au designers d’apps et ajoute beaucoup de fonctionnalités de déplacement et d’agencements qui peuvent manquer quelques fois à Sketch.
Un must have, et une petite bombe de productivité une fois maitrisé.

Vous pouvez retrouver ses possibilités complètes ici :https://github.com/getflourish/Sketch-Mate


Sketch Style inventory

Qui n’a jamais eu envie de faciliter la vie de son développeur / intégrateur front-end ? Moi c’est certain ! Ce plugin va vous permettre de créer directement des styleguide depuis vos maquettes, répertorier les couleurs utilisées, les styles de textes, et tout mettre en forme joliment dans une planche séparée.

Il permet aussi d’exporter directement tout vos éléments, styles et symboles dans des dossiers séparés, les images en png, les couleurs en CSS…

sketch-style-inventory

Hormis le fait de simplifier largement la vie à votre développeur chéri, ce plugin vous permettra aussi de prendre rapidement du recul sur votre design, et ainsi l’améliorer, un must pour tout les designers qui aiment faciliter le travail d’équipe !

sketch-style-inventory-colors

Plus d’infos ici : https://github.com/getflourish/Sketch-Style-Inventory


Sync plugins

Des plugins c’est bien, les maintenir à jour, c’est mieux. Et ce petit plugin s’en occupe très bien, en mettant à jour vos plugins à partir de leur repo github.

Plus d’infos ici : https://github.com/nathco/Sync-Plugins


Day Player

Ce plugin peut-être très utile en phase de conception. Ce dernier vous permettra d’insérer une image de « placeholder » automatique et de la taille que vous souhaitez dans votre maquette. La liste des sources d’images d’origine est la suivante :

  • placehold.it
  • lorempixel.com
  • fillmurray.com
  • placecage.com
  • placekitten.com
  • unsplash.it

Plus d’infos ici : https://github.com/tylergaw/day-player


Sketch Dynamic button

Dynamic button permet, comme son nom l’indique de créer des boutons de taille dynamique, qui vont maintenir leur padding quel que soit le texte que vous y placez

Une petite démonstration en vidéo :

 

Plus d’infos ici : https://github.com/ddwht/sketch-dynamic-button


Sketch Measure

Voici un plugin qui vous permettra d’annoter et mesurer les divers éléments de votre maquette. Très utile toujours pour votre développeur chéri, qui n’aura pas besoin de passer du temps à mesurer vos marges, typos, et autres valeurs bizarres.

sketch-measure

 

Plus d’infos ici : https://github.com/utom/sketch-measure

Vraiment Apple ? résumé de la keynote de Mars 2015

La seule chose qui me vient à l’esprit quand je repense à cette keynote c’est : Stop bullshit.

En gros la keynote

  • Descendre le prix de l’Apple TV pour écouler les stocks d’un appareil vieux de plusieurs années (2012)
  • Partenariat avec HBO pour « relancer » l’attrait de l’Apple TV
  • ResearchKit, un framework de recherche médical Open Source
  • Nouveaux iPads avec clavier Macbooks
  • iWatch et son modèle limité à partir de 10 000€
  • Jolie hausse des prix dans la zone Euro

Continuer la lecture de « Vraiment Apple ? résumé de la keynote de Mars 2015 »

Hackintosh : Installation et retour d’expérience

J’étais réticent à remplacer mon iMac par une autre machine Apple.
Du coup, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure du Hackintosh.

Récemment j’ai publié un article sur ce blog, dans lequel j’expliquais ma réticence à remplacer mon iMac par une autre machine Apple. Du coup, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure du Hackintosh.

Petit rappel pour ceux qui ne savent pas exactement de quoi il s’agit : il s’agit d’installer Mac OSX sur du matériel non Apple, sur du matériel très classique de PC. Continuer la lecture de « Hackintosh : Installation et retour d’expérience »

Créer ses propres Fusion Drive sur Mac

Un Fusion Drive, c’est le meilleur entre deux mondes. La grande capacité de stockage d’un disque dur à plateau classique et la rapidité et latence d’un SSD. Apple propose cette option sur ses iMac et Mac Mini, mais il est possible d’en créer un soit même si l’on est un peu débrouillard.
En résulte dans l’utilitaire de disque un « Disque dur unique ». Les 2 seront fusionnés en un seul volume. Continuer la lecture de « Créer ses propres Fusion Drive sur Mac »

Enlever le son du démarrage du Mac

Dans la vie, il y a des trucs nuls, payer ses impôts, ne plus avoir de papier toilette, et le bruit de son Mac au démarrage de bon matin.
Voyons comment résoudre le dernier point.

Solution 1

La solution la plus simple, est de simplement « Muter » la machine. Appuyer sur la touche F10 du clavier.
Au démarrage, la machine se souviendra du volume, et ne fera aucun son au démarrage.
Seul inconvénient, l’on doit faire attention lorsqu’on éteind sa machine.

Solution 2

A mon avis, la meilleure, elle passe par la ligne de commande. Pour les réfractaires, je vous rassure, c’est très vite fait ! Pour le coup, vous pouvez avoir le son réglé à n’importe quel volume, au démarrage le Mac ne fera jamais un bruit.

Donc direction le Terminal dans le dossier Applications > Utilitaires > Terminal
et copiez-collez la ligne suivante :

sudo nvram SystemAudioVolume=%80

Le terminal vous demandera votre mot de passe administrateur, rien d’anormal, donnez le lui ( c’est normal que vous ne voyiez pas les caractères ou des étoiles s’afficher )

Si jamais vous souhaitez revenir en arrière et entendre ce magnifique son au démarrage :

sudo nvram -d SystemAudioVolume

D’autres solutions?

Il existe des apps permettant de faire la même chose. Mais je ne conseillerais pas leur utilisation.
Je vous laisse aller faire coucou à Google pour vous aider sur ce chemin.

Afficher/Masquer les fichiers cachés sur macOS

Petite astuce toujours utile, afficher / masquer les fichiers cachés sur Mac.
Si vous travaillez dans le web ca peut être bien utile, pour voir les fichiers .htaccess, .gitignore et autres..

Direction le terminal, dans Applications > Utilitaires > Terminal

Puis copiez-coller la ligne suivante pour afficher les fichiers cachés, et validez avec la touche entrée

[code_highlight]defaults write com.apple.finder AppleShowAllFiles TRUE;killall Finder[/code_highlight]
ou copiez-coller la ligne suivante pour masquer les fichiers cachés, et validez avec la touche entrée

[code_highlight]defaults write com.apple.finder AppleShowAllFiles FALSE;killall Finder[/code_highlight]