WP Rocket sur EasyEngine

WP Rocket est un plugin de cache très efficace. Développé à la base pour fonctionner parfaitement sur les serveurs Apache, il est également possible de l’utiliser sur Nginx grâce à un script disponible sur Github créée par Maxime Jobin.

EasyEngine est un moyen de se faciliter la vie pour gérer un serveur web tournant sur Nginx à l’aide de commandes vous permettant de créer des sites pré-paramétrés très rapidement.

Je vous conseille d’ailleurs l’excellent article sur EasyEngine de Geoffrey Crofte sur le sujet.

Utiliser WP Rocket avec EasyEngine

Rendez-vous sur le page Github du script.
Suivez simplement les étapes énoncées dans le ReadMe jusqu’à l’installation.

Une fois le script cloné dans votre répertoire nginx, générez votre configuration avec les instructions de Maxime,

Un fichier default.conf sera crée dans ce répertoire. Il ne vous reste qu’a copier ce fichier (en le renommant par exemple wp-rocket.conf) dans les répertoire « conf » de vos sites crées avec EasyEngine.

Donc dans vos répertoires : 

Vérifiez que votre configuration fonctionne avec 

Puis, si la commande ne vous retourne pas d’erreurs, reloadez le service Nginx pour appliquer la configuration.

Voilà, c’est tout, enjoy !

Aller plus loin.

Rien de bien compliqué, je pense pour améliorer ce fonctionnement, qu’on pourrait envisager de créer un template pour EasyEngine pour installer directement ce script à la mode EasyEngine, en utilisant par exemple : « ee site create domaine.com –wprocket » ;)

Quelles alternatives à Evernote ?

Je prends souvent des notes. J’aime noter des idées, des petits mots, éléments à se souvenir dans un genre de calepin numérique.
Jusqu’à présent j’utilisais Evernote, mais ce dernier me plait de moins en moins.

Ce que je reproche actuellement à Evernote : 

  • Manque d’innovations (j’ai l’impression que le service n’a pas évolué depuis plusieurs années)
  • Non support du markdown
  • Interface perfectible (l’interface est complexe, et peu intuitive)
  • Trop de fonctionnalités inutiles (modes de présentation, workchat…)
  • Les demandes incessantes de souscription au service
  • Nécessite de « synchroniser » quasi manuellement pour être sûr que les notes soient enregistrées

Ma mission, trouver son remplaçant ! 

Quelques fonctionnalités qui sont importantes pour moi : 

  • Multi-plateforme, apps mobiles / desktop
  • Simple d’utilisation
  • Support du markdown si possible
  • possibilité de partager les notes publiquement
  • Possibilité de les classer par tags / dossiers

Rien de fou me direz vous ! Voyons ce que nous propose le web, petit tour d’horizon de ce qui existe.


Notes by Apple

notes_screen_large_2x

Dans sa dernière mise à jour, Notes sur iOS et OSX El Capitan à apporté de nouvelles fonctionnalités bien sympatiques, comme la possibilité d’enregistrer des dessins, articles tirés du web, créer des cases à cocher, ajouter des pièces jointes et bien plus. Génial pour toute personne dans l’environnement Apple, moins pour des utilisateurs Android ou Windows.
L’interface est claire, simple à utiliser que ce soit sur iPhone / iPad ou Mac, même l’app présente dans iCloud est efficace. Son seul défaut pour moi se situe dans les possibilités de mise en page, et le non support du markdown.
Il n’est pas possible de partager ses notes par contre.


OneNote by Microsoft

onenote-microsoft

J’entends souvent des gens me dire que OneNote est intéressant. J’ai donc testé !
Et je l’ai quasiment directement désinstallée. L’interface est complexe, lire le tutoriel d’utilisation est obligatoire pour comprendre comment s’en servir, et bien que c’est une app que j’utiliserais certainement si j’étais étudiant ou devait prendre des notes de cours, cette dernière ne correspond pas vraiment à mon utilisation simple.
Le concept de pouvoir traiter ses pages comme des canvas où l’on peut placer des éléments de toute sorte est particulièrement intéressante par contre !


SimpleNote by Automattic

simplenote
SimpleNote me semblait être le service parfait. L’interface est minimale et claire, c’est simple et efficace.
Il y a possibilité de partager ses notes simplement, le support du versionning. Tout semble bien sauf…
Ses possibilités de mise en page, simplement inexistante. Il est impossible de faire un titre, une liste à puces, ajouter une image…
Son support du markdown se limite à l’heure actuelle uniquement à la version web, mais ceci doit être activé pour chaque note. Pas très pratique tout ça.


Google Keep

googlekeep
Keep fonctionne sur le concept de post-its. Et permet de créer plein de petites notes rapides.
Il est multi-plateforme, simple d’utilisation et permet de partager des posts-its avec des amis, en ayant une synchronisation comme ce que propose Google Docs.
Très pratique si l’on aime le concept de nombreuses petites notes, mais souffre aussi du manque de possibilité de créer des titres, mettre du texte en gras dans les post-its de type texte.


Alternote

Alternote
Alternote

Alternote, c’est une app de prise de notes basé Evernote. Elle utilise donc son api pour fonctionner. Là où Alternote est vraiment intéressant, c’est le travail réalisé sur l’interface de son App, pour le moment réservée uniquement à OSX. Donc pas vraiment multi-plateforme bien qu’une version iOS est en cours de préparation. Il suffira d’utiliser les apps Evernote pour tout ce qui est autre que Mac OSX. L’on hérite donc du fonctionnement d’Evernote, mais avec une bien meilleure interface.

Alternote supporte le markdown, les tags, le partage des notes, et se focus sur l’essentiel : l’écriture et sa mise en page. Le mode « distraction free » est particulièrement agréable à utiliser. C’est d’ailleurs sur cette app que ce billet à été écrit.
Pour 7$, c’est ce que j’ai trouvé de mieux à l’heure actuelle.

En Bref

Aucun service / app n’est parfait. Etant utilisateur Apple, que ce soit sur mobile ou sur desktop, Notes semble bien indiqué à mes besoins et mon coeur balance actuellement à passer toutes mes notes d’Evernote sur ce service. (l’article sur comment faire ça en préparation).
A l’heure actuelle, je continue d’écrire de longs textes sur Alternote, et utilise Notes pour les petites choses.

Apache, MySQL, PHP natif sur macOS

Bien qu’il soit possible d’utiliser des solutions packagées pour un AMP sur Mac, il est possible et assez simple d’utiliser ce qui est déjà inclus dans OSX pour développer sur son Mac. En effet, Apache et PHP sont disponibles dans l’OS de la marque à la pomme. Il suffit de tout paramétrer correctement pour y avoir accès.

Attention, ce tutoriel nécessite l’utilisation sommaire de la ligne de commande. Je pars du principe que vous savez un minimum l’utiliser.

Apache & PHP

OSX El Capitan inclus Apache 2.4.16, ainsi que PHP 5.5.27, voici comment les activer.

Quelques commandes pour commencer (celles-ci sont à entrer dans votre terminal)

Pour démarrer Apache :

Pour arrêter Apache :

Pour relancer Apache :

Une fois Apache lancé, rendez-vous sur : http://localhost pour vérifier qu’il fonctionne bien. Vous devriez être accueilli par ceci :

apache_itworks

De base, le répertoire de stockage des fichiers lisibles par Apache se trouve dans

Pas très pratique, car il nécessite, pour y écrire, des droits d’administration, ce qui fait que vous, simple utilisateur, ne serez pas aussi libre que ça, et devrez entrer votre mot de passe root toutes les 2s. La solution consiste à utiliser un répertoire accessible pour l’utilisateur, typiquement dans son dossier d’accueil, OSX utilise le dossier Sites. Créez ce dossier dans l’explorateur.

Pour ce faire, il suffit d’autoriser Apache à lire et exécuter du code dans ce répertoire.
Direction le terminal :

Puis copiez le code suivant, en modifiant votre « username » pour correspondre au nom de votre dossier d’accueil.

Les permissions du fichier devraient être les suivantes :

Si vous devez les changer :

Ouvrez maintenant le fichier httpd.conf

Et vérifiez que les modules suivants sont décommentés :

Enlevez aussi le check devant la ligne :

pour qu’elle ressemble à :

Sauvegardez vos changements et modifications.

Ouvrez après le fichier suivant : 

et décommentez :

Sauvegardez vos changements et redémarrez Apache pour que ces paramètres soient pris en compte.

Vous pouvez maintenant vous rendre sur : http://localhost/~votre_nom/

Vous devriez voir : 

apache_userdir

Permettre le rewriting d’url et les modifications via .htaccess

Direction httpd.conf

Et changez la ligne suivante pour qu’elle ressemble à ceci : 

apache_allowoverride

Décommentez aussi la ligne (normalement fait plus haut): 

Pour vérifier que PHP fonctionne, créez un fichier phpinfo.php dans votre répertoire

avec pour contenu :

Puis, rendez-vous dans votre navigateur :

Vous devriez voir ceci : 

apache_php_elcapitan

MYSQL

MySql n’est pas intégré dans OSX nativement, il convient donc de le télécharger depuis le site de MysqL.

mysql_el_capitan

Choisissez la version la plus à jour en DMG, cliquez sur « download« , puis sur la page suivante « No thanks, just start my download », tout en bas de la page.

no_thanks_mysql

Installez Mysql puis démarrez le depuis le panneau apparu dans les préférences système. 

mysql_el_capitan_preference_panel

Ou via le terminal : 

Pour trouver la version de Mysql depuis le terminal, tapez :

Dernière étape, définissez le mot de passe root pour mysql à l’aide de la commande suivante : 

Attention ! il faut utiliser les ‘quotes’ ici.

Voilà ! Tout est en place ! Pour vous connecter et gérer vos bases Mysql je ne peux que vous conseiller l’excellent et très gratuit SequelPro.

Bon développement !

[ecko_link url= »http://coolestguidesontheplanet.com/get-apache-mysql-php-and-phpmyadmin-working-on-osx-10-11-el-capitan/ »]Source de l’article[/ecko_link]

Pimp My Terminal sous macOS

Dernièrement les technos web se sont beaucoup automatisées, et l’utilisation du terminal pour réaliser certaines opérations et utiliser certains outils (grunt / gulp / sass / less / npm et j’en passe) s’est largement démocratisée. Mais le terminal, ou l’invite de commande (pour les windowsiens) est toujours un endroit, froid, austère, sans couleurs et difficile à appréhender. J’ai quelques petites astuces pour vous réconcilier avec cet outil très puissant, qui peut réellement vous faire gagner beaucoup de temps bien maitrisé.

Bash c’est bien, Zsh c’est mieux

Sans rentrer dans les détails techniques, de base, OSX intègre bash comme interprèteur de commande. Qu’est-ce qu’un interprèteur de commande me direz-vous ? C’est le petit programme qui comprends les instructions que vous lui envoyez et réponds en conséquence de manière visuelle à celles-ci. Quand vous souhaitez lister le contenu d’un répertoire par exemple, vous lancez la commande ‘ls‘, ce qui vous listera les répertoires, comme ceci :

bash-ls

Magnifique n’est ce pas? (ok, on ne s’excite pas)
Eh bien il existe plusieurs interprèteurs de commandes, avec leurs fonctionnalités et différences, et il est parfaitement possible de passer de bash à quelque chose d’autre de plus sympa très simplement.
Un interpréteur qui m’a particulièrement séduit est Zsh, et plus particulièrement, le set pré-configuré Oh-My-Zsh.

Oh My Zsh !

Ok, mais concrètement, qu’est-ce que j’y gagne ?

Plein de fonctionnalités vraiment sympa, comme l’auto-complétion, des raccourcis bien pratiques, une superbe interaction avec git, de l’auto-correction de commandes et bien d’autres. Pour un bon coup d’oeil aux fonctionnalités, je vous conseille cet article très visuel sur zsh.
Oh My Zsh quant à lui est un moyen simple et efficace d’améliorer zsh, par l’ajout de plugins, et un fichier de configuration simple et facile à modifier. Son installation est enfantine. Ouvrez votre terminal sur OSX, (Applications > Utilitaires > Terminal.app) et copiez-coller cette commande :

[code_highlight]sh -c « $(curl -fsSL https://raw.github.com/robbyrussell/oh-my-zsh/master/tools/install.sh) »[/code_highlight]

Vous devrez simplement entrer votre mot de passe pour passer de bash à Zsh et tadaaa !

ohmyzsh - Installation

Quittez votre terminal et relancez le pour que les changements prennent effet.
Vous pourrez remarquer que le prompt à changé, (le prompt c’est la flèche verte et le tilde ~) ce qui indique que tout c’est bien passé.

Oh My Zsh propose de nombreux thèmes de couleurs et personnalisations, que vous pouvez retrouver sur le github de Oh My Zsh. Mon préféré est af-magic, simple et efficace, et propose l’état de votre repository git du répertoire courant dans le prompt.
Pour modifier le thème par défaut, rendez-vous dans le terminal, et éditez le fichier via la commande :

[code_highlight]nano .zshrc[/code_highlight]

Edition de .zshrc
Edition de .zshrc

Pour enregistrer, CTRL-X (oui bien CTRL, pas CMD, ni ALT) puis validez par « Y« , enfin relancez votre terminal, vous devriez voir quelque chose comme ceci :

afmagic ohmyzsh

iTerm, le terminal aux stéroïdes

iTerm propose certaines fonctionnalités qui valent le détour.
La possibilité d’avoir plusieurs terminaux sur la même fenêtre pour commencer, qui va vous permettre de créer votre propre layout et de le sauvegarder aussi,des profils, la gestion des couleurs, de l’auto-complète, de la recherche, et une foultitude d’options qui paraissent nécessaires une fois utilisées. Pour voir toutes les possibilitées de cette petite application, je vous conseille de vous rendre sur la page dédiée de cette dernière.

Ca reste pas très joli…

Ajoutons de la couleur alors ! Un gentil développeur à eu la bonne idée de créer des profils de couleurs très variés, disponibles sur son repo Github. il y en a littéralement pour tout les gouts ! Devant le choix pléthorique des thèmes proposés, voici ceux qui m’ont parus les plus sympas :

Pour installer ces thèmes, rien de plus simple, récupérez le zip, dézippez le, et depuis iTerm, importez puis sélectionnez le thème que vous souhaitez dans les préferences de l’application.

select-preset

 

Voilà, votre terminal est déjà beaucoup plus sympa, beaucoup de fonctionnalités ajoutées, n’hésitez pas d’ailleurs à lire les possibilités d’iTerm ou de Oh My Zsh, pour paramétrer le tout pour vos besoins, et n’oubliez pas de sauvegarder votre .zshrc, pour ne pas répéter l’opération sur toutes vos machines !

Brackets / Sublime Text / Atom, le comparatif

Les éditeurs de textes ont souvent leurs avantages et inconvénients, qui fait que l’on préfère l’un par rapport à l’autre. J’ai réalisé un rapide comparatif non exhaustif de ces 3 éditeurs très utilisés, sans plugins.

Continuer la lecture de « Brackets / Sublime Text / Atom, le comparatif »

Framework HTML & CSS lequel utiliser ?

Parcourant les forums web sur ma fidèle licorne, je vois souvent des posts de personnes cherchant :
– La fonction de leur rêve toute faite, à utiliser sans rien changer.
– Une façon d’arriver rapidement à créer un site web gratuitement.
– Des problèmes avec l’utilisation de certaines bibliothèques ou frameworks.
Continuer la lecture de « Framework HTML & CSS lequel utiliser ? »

Atom, les extensions !

Comme j’ai pu réaliser pour Brackets, voici une liste des extensions plutôt sympathiques que propose Atom.

Atom : la review

Liste vouée à évoluer.

  • Autocomplete-plus – Display possible completions in the editor while typing – Plus d’infos
  • Atom Color Highlight – Highlights color in files – Plus d’infos
  • Emmet – the essential tool for web developers – Plus d’infos
  • atom-beautify – Beautify HTML, CSS, JavaScript, PHP, Python, Ruby, Java, C, C++, C#, Objective-C, CoffeeScript, TypeScript, and SQL in Atom – Plus d’infos
  • Color Picker – Right click or press CMD-SHIFT-C/CTRL-ALT-C to open it. – Plus d’infos
  • Markdown writer – Make Atom a better Markdown editor for blogs. – Plus d’infos
  • Minimap – A preview of the full source code. – Plus d’infos
  • Seti-UI – A dark colored UI theme for Atom with custom file icons. – Plus d’infos
  • Seti-syntax – A subtle dark colored theme for Atom. – Plus d’infos
  • Markdown Preview – Open a rendered version of the Markdown in the current editor with ctrl-shift-m. – Plus d’infos
  • Vim Mode – Add vim modal control – Plus d’infos
  • Open Last Project – An Atom.io package that automatically reopens the last project and files you were working on. – Plus d’infos