Hackintosh : Mise à jour de ma configuration

Cela fait maintenant plus d’un an et demi que je me suis lancé dans l’aventure Hackintosh. Il est largement temps de faire un petit point sur l’aventure jusqu’à présent.

Hackintosh et upgrades matérielles

MOAR RAM

J’ai légèrement mis à jour ma configuration, en ajoutant de la RAM, portant le total à 32Go. C’est un peu overkill, mais définitivement pratique par moment.

71mYmzvrAZL._SL1500_

Handoff

Il y a environ 1 an, j’avais acheté un petit dongle bluetooth, ainsi qu’une carte wifi TP Link WDN4800. Les deux fonctionnaient parfaitement bien sans aucun driver, mais ne me permettaient pas de faire fonctionner Handoff. Je suis donc parti à la quête d’une petit carte PCI Express intégrant un chip BCM94360CD. Chose aisément obtenue à partir d’ebay, mais vous pouvez facilement trouver votre bonheur depuis OSXWIFI. J’ai pu alors connecter la carte et faire fonctionner sans aucun soucis Handoff.

pc

The sound of silence

Le silence est une chose qui me tient particulièrement à coeur. J’ai donc changé mon système de refroidissement du processeur par un watercooling All In One de chez Corsair, le H110.

205560

J’ai aussi changé mon alimentation, la CX600 par une Corsair RM650 complètement modulaire. Le principal intérêt de cette alimentation est son silence. Lorsque la consommation est faible, le ventilateur ne tourne pas. Le deuxième avantage est le cable management. Et histoire d’avoir quelque chose de visuellement plaisant, j’ai craqué pour un set de câbles gainés blanc de chez CableMod.

corsair-rm650-1

CM-CSR-FKIT-KW-R-1-800x800

Le résultat est plutôt sympa :

Résoudre le problème de l’audio

L’audio sur Hackintosh peut-être une source de frustration permanente. Les drivers audio doivent être réinstallés / repatchés à chaque mise à jour du système et la stabilité n’est pas vraiment au rendez-vous. J’ai décidé de me passer de l’audio intégré et d’investir dans un petit DAC, le Fiio E10K.

Fiio-Olympus-E10K_P_600

Ce tout petit appareil se connecte en USB et se charge de toute la partie décodage, il fonctionne sans driver et améliore considérablement la qualité de restitution sonore de vos mp3 et films !

Mises à jour logicielles

Comme vous pouvez le voir sur la capture d’écran suivante, j’ai pu réaliser toutes les diverses mises à jour sans encombre.

Capture d'écran 2016-07-26 22.39.25

Le fait que mon Hackintosh repose sur très peu de kexts spécifiques, sa stabilité est excellente et facilement comparable à celle d’un ordinateur pommé classique. En fait, j’ai moins de « plantages » avec mon Hackintosh qu’avec mon Macbook Pro Retina.

Au final

La stabilité et la facilité des mises à jour m’a vraiment convaincu de la possibilité d’utiliser un Hackintosh comme machine de travail principale. Les machines d’Apple ne me satisfaisant toujours pas, je pense garder cette solution encore pour un petit moment !

Je vous invite à lire mes autres articles sur le sujet si l’aventure vous tente ! En commençant par celui ci.

Hackintosh : problème USB3 sur GA-Z97-D3H, la solution

J’ai récemment remarqué quelque chose sur mon hackintosh, certains ports USB 2 ou 3 semblaient ne pas fonctionner de la manière attendue, certains USB3 n’apparaissaient pas, et d’autres semblaient être en USB2. Très bizarre, et définitivement handicapant…

Apple à grandement modifié le fonctionnement des ports USB sur El Capitan, et l’a étroitement lié avec le SMBios de leurs machines. Si pour un Mac Officiel, aucun soucis lors des mises à jours, sur un Hackintosh, cela peut poser problème. Problème que j’ai rencontré avec mon système.

Après vérification, l’explication était assez simple. Le SMBios que j’utilise utilise un profil d’iMAC 14,2 qui ne comprends pas autant de ports USB3 / USB2 que ma carte mère et mon boitier (Fractal Design R5) proposent. La limite était donc atteinte, et l’attribution des ports USB un peu aléatoire.

Quelques recherches plus tard, je voyais plein de choses, comme éditer un DSDT à la main, modifier l’attribution des lignes PCI etc.. Bref, un bordel sans nom.

Jusqu’à ce que je trouve la solution très simple. Placer 2 petits kexts dans le répertoire qui va bien de l’EFI de Clover. Leur petits noms ?

FakePCIID_XHCIMux.kext et FakePCIID.kext

Un reboot plus tard, et tout fonctionnait parfaitement.

Je vous laisse un zip comprennant les 2 kexts à placer dans /EFI/CLOVER/kexts/10.11/

Télécharger Kexts

Hackintosh : Pour qui, comment et pourquoi ?

Apple restant mesquin dans les mises à jour de ces machines, de plus en plus de personnes songent à faire leur propre Hackintosh.

Petit rappel de ce qu’est un hackintosh : C’est installer OSX sur du matériel de type PC classique.

Si c’est une solution, il ne faut pas perdre de vues les enjeux, les conditions et ce que d’aller dans cette direction implique.
Petit tour d’horizon de la question pour ceux qui hésitent à se lancer dans l’aventure.

Pourquoi se construire un Hackintosh ?

Obtenir une machine puissante et professionnelle de la part d’Apple semble de plus en plus impossible, tant leurs machines semblent castrées et amputées de ce qui pourrait faire d’excellentes machines. Le prix de celles-ci en découragent aussi beaucoup.

En effet, j’ai pu construire une machine bien plus puissante que la gamme iMac actuelle, taquinant gentillement les performances d’un Mac Pro pour 1300€, sans écran.

Mais il ne faut pas oublier que ce qu’Apple vends lorsque que l’on achète un Mac, ce n’est pas uniquement un ordinateur, c’est une sorte de package bien ficelé, qui mèle hardware, software, et services. Ce plug & play ne sera pas du tout l’expérience du Hackintosh.

Si l’on peut reprocher à Apple ses prix, ils restent réalistes lorsque l’on essaye de créer un hackintosh ayant les mêmes possibilités matérielles et la même rapidité à tout niveaux. N’oublions pas, qu’il n’y a aucune garantie sur un Hackintosh, et vous n’aurez jamais accès à une quelconque aide d’Apple pour celui-ci.

A qui s’adresse le Hackintosh ?

La procédure d’installation, la maintenance, et le fonctionnement d’un Hackintosh s’adressent à des personnes assez au fait techniquement du fonctionnement d’un ordinateur, que ce soit au niveau software ou hardware. Cela nécessite une vision globale et une compréhension assez poussée des divers éléments.

Construire la machine en soit n’est pas des plus compliqué. Cela nécessite simplement de rester logique et savoir faire du Lego. Les cables sont suffisamment différents pour ne pas rentrer dans n’importes quels connecteurs. De plus, il est facile de trouver des vidéos sur Youtube qui vous aideront à monter tout ça sans prise de tête. Il reste aussi tout à fait possible, lorsque l’on commande chez Matériel.net ou LDLC (pour ne citer qu’eux), de choisir l’option de montage, pour ne pas avoir à s’en occuper du tout.

Bien qu’il soit possible d’installer relativement simplement OSX sur son PC, si quelque chose venait à ne pas se passer comme prévu, il deviendrait plutôt dur à ce moment là de s’y retrouver tout seul sans ces connaissances. Car bien qu’il existe de nombreux forums et discussions sur le sujet, trouver de l’aide nécessite déjà la compréhension du problème pour pouvoir le résoudre, et la communauté est bien souvent assez vindicative quant aux personnes se lançant dans cette aventure sans avoir lu tout les panneaux de précautions et d’avertissements.

Le Hackintosh s’adresse aux personnes n’ayant pas peur de mettre les mains dans le cambouis si nécessaire, qui se sentent relativement à l’aise avec ça, et qui savent un minimum ce qu’ils font. Cela s’adresse aussi aux personnes patientes, car il faudra mieux bien se renseigner avant.

Effectivement, cela peut-être rebutant de premier abord, mais ces connaissances générales, qui peuvent s’apprendre avec un peu de lecture et de wikipédia, vous permettrons d’être beaucoup plus à l’aise avec un ordinateur, que ce soit un Hackintosh ou non. C’est à mon sens, un passage quasi-obligé pour être autonome.

Il est à mon sens aussi primordial d’avoir une autre machine à disposition au cas où, ne serait-ce que pour lire et chercher des solutions sur celle-ci lors des différentes étapes d’installations, ou si quelque chose venait à déraper pour une raison inconnue et non prévue.

Demandez vous aussi si vous avez réellement besoin d’OSX. Si c’est uniquement pour frimer chez vos copains geeks, effectivement ça fonctionnera, mais le jeux n’en vaut pas la chandelle si vous bootez une fois sur 40 sur OSX et le reste du temps sur Windows ou Linux.
La nécessité que vous avez d’avoir OSX conditionnera votre énergie et l’argent que vous allez injecter dans ce projet.

Vous n’avez pas envie de vous embêter avec tout ça ?

Passez votre chemin, le hackintosh n’est pas fait pour vous.
Ce n’est pas la peine d’essayer ce genre de manipulations en mode « apprenti sorcier » en espérant que tout marchera pour le mieux. La loi de Murphy vous rattrapera.

Bien qu’il existe des « distributions » comme iDeneb, Niresh ou encore iATkos, ce sont des versions très modifiées d’OSX, qui se revèlent très souvent instables, et où les mises à jour sont très complexes.

Comment construire un Hackintosh ?

La limite du Hackintosh : le support matériel, c’est le plus important. N’importe quelle machine ne permet pas de faire tourner OSX.
Attention aussi à vos besoins ! Des choses comme le Thunderbolt, ou les nouveaux disques NVME ou mSata peuvent se révéler difficiles ou impossibles à réaliser sur Hackintosh. Il y a aussi des soucis notables avec certaines cartes graphiques et la gestion de plusieurs écrans. Ne vous embêtez pas non plus à configurer des choses que vous n’utiliserez pas juste pour le défi. Ou alors soyez près à réinstaller en cours de route !

— Vous avez déjà une machine

L’on trouve à la pelle des personnes ayant déjà un PC, et qui se demandent si il est possible d’y installer OSX dessus.
De base, je dirais : ne le tentez pas, à moins de vouloir possiblement changer une bonne partie du matériel, ou prendre énormément de temps pour arriver à un système pas vraiment stable.

Par exemple, attendez vous à devoir changer une grande partie de votre machine si cette dernière repose sur un processeur AMD, qui ne sont pas supportés du tout par OSX. Certains ont réussi, mais la stabilité n’est pas au rendez-vous. Et les mises à jour sont quasi-impossibles.

Je vais nuancer mon propos. OSX est compatible nativement avec plusieurs types de matériels assez précis, au niveau du chipset, des cartes graphiques, CPUs et cartes mères. La possibilité que sans le vouloir vous ayez directement toutes les pièces compatibles sur un PC existant est peu probable. (mais bien joué si c’est le cas!)

Vous pouvez par contre chercher les références de votre carte mère (qui reste le composant critique) sur le forum de TonyMac, certains ont peut-être testé avant vous et ont réussi avec des options spécifiques.

— Vous n’avez pas encore une machine

Direction TonyMacX86 et leurs excellents buyers guides.
TonyMac met à jour tout les mois leur sélection de matériel pour créer sa propre machine. Ils proposent plusieurs configuration, pour différents budgets, qui vous permettrons de réaliser simplement une machine pour votre porte-monnaie.

Si certains composants ne posent aucun problème, comme l’alimentation, les disques durs, SSD, RAM, certains sont cruciaux, comme la carte mère et le processeur.

Tout dépends aussi de l’énergie que vous souhaitez mettre dans le projet et de la stabilité de la machine que vous souhaitez. Pour ma part, je n’ai besoin d’aucun driver spécifique, tout fonctionne une fois installé.

Les points « embêtants », sont la carte wifi, le son, et l’ethernet. Uniquement quelques modèles sont compatibles avec OSX. Pour ne pas vous embêter, je vous conseille par exemple pour le son d’acheter un DAC externe, ou une clé usb audio, qui sera détectée et utilisable par OSX sans encombres.

— Vous avez un portable

Pas la peine de rêver. Réaliser un Hackintosh portable est très difficile. Très peu de machines ont des composants compatibles, et la plupart du temps, une grande partie du matériel n’y est pas supporté. Comme les cartes sons, wifi, bluetooth, voir graphiques.
Vous vous retrouverez avec une machine ayant OSX dessus, mais où vous ne pourrez pas surfer sur internet, écouter de la musique… Ce qui limite la chose grandement.

Certains portables sont supportés, mais cela reste rare. Vous pouvez vous faire une idée de ce qui est supporté ici.

La maintenance et l’utilisation

La maintenance se passe de la même façon qu’un Mac, à la différence qu’un dépoussiérage est plus facile sur un Hackintosh. Au niveau de l’utilisation, la seule chose à faire attention se passe au niveau des mises à jours, chose rendue très facile grâce aux retours de la communauté sur les divers forums.

En terme de mises à jours, mieux vaut toujours attendre d’ailleurs pour les mises à jours majeures. Faites vous un clone avant de les faire, et gardez toujours un Time Machine.

Je déconseille d’ailleurs de les faire. Prenez vous un peu de temps, et formatez une fois par an. Vous aurez un système bien plus rapide et puis, ça ne prends pas tellement de temps que ça ;)

Conclusion

Si vous êtes motivés et techniquement un peu dégourdis, faites le ! J’utilise un Hackintosh depuis plus d’un an, et j’en suis pleinement satisfait. J’ai un système rapide, stable et puissant, et je l’utilise quotidiennement sans aucun soucis.

Hackintosh : Est-ce que ça vaut le coup?

Si vous suivez un peu, j’ai monté il y a 1an et 1mois mon premier Hackintosh. Il est venu le temps de prendre quelques minutes pour une petite rétrospective et de faire le bilan après 1 an d’utilisation. Un article parfait pour ceux qui se demandent si il est possible d’utiliser un Hackintosh quotidiennement, ou si c’est avant tout une démo technique, mais pas très stable et peu fiable.

Pour rattraper votre retard, je vous conseille d’aller lire ces 2 articles avant de lire ce dernier
Retour d’expérience sur le Hackintosh
Hackintosh, un mois plus tard

Alors c’est comment ?

J’en suis étonnamment surpris, mais il s’est avéré que c’était plus simple et moins prise de tête que j’avais pensé au début. Je n’ai eu aucun soucis notable, travaille quotidiennement dessus, et mon système fonctionne toujours parfaitement. J’ai pu faire les diverses mises à jour proposées par Apple sans aucun soucis, et la machine tourne toujours aussi bien.

Je ne vois quasiment pas la différence entre l’utilisation d’une machine Apple et mon Hackintosh. La seule différence est au niveau des mises à jour, où je reste toujours un peu inquiet et attends quelques jours d’avoir des retours grâce au forum de TonyMacx86, mais je n’ai jamais eu aucun soucis avec ces dernières.

De plus, par sécurité, je conserve toujours un clone de mon disque, (réalisé avec SuperDuper, que je vous conseille) à restaurer au cas où très rapidement.

Petits achats

peripheriques-hackintosh-webcam-carte-wifi

Comme je l’écrivais dans mon premier article, avoir les mêmes possibilités qu’un iMac par exemple sur Hackintosh nécessite d’investir quelque peu dans des périphériques souvent inclus dans l’iMac. J’ai donc agrémenté mon Hackintosh d’une webcam, (Logitech HD Pro C920) ainsi d’une carte wifi parfaitement compatible avec OSX, (l’excellente TP LINK TL-WDN4800, que je vous conseille vivement) sans aucun driver supplémentaire nécessaire.

La carte wifi me permet ainsi de bénéficier de Handoff sur OSX, ce qui peut-être intéressant si vous utilisez un iPhone, iPad.

La suite

Ma machine reste très puissante, les seuls upgrades envisageables au moyen terme serait de passer sur une carte graphique plus puissante, type Nvidia 970, mais cette dernière nécessite d’installer les drivers Nvidia pour OSX. Qui sait, peut-être qu’Apple, lors de la mise à jour de son Mac Pro, repasse sur Nvidia et propose des drivers pour des cartes graphiques haut de gamme. (On peut toujours rêver ;) ).

J’ai installé Windows 10 en dual boot, et peut encore faire tourner parfaitement des jeux vidéos très récents et plutôt gourmands en ressources dans les réglages les plus hauts ( ou presque ).

Je ne me vois pas repasser sur un iMac, ou un autre type de machine. L’iMac Retina est certes intéressant, mais le fait qu’il ne soit quasiment pas possible de changer un SSD par exemple me refroidit beaucoup… La carte graphique est certes plus puissante que les versions précédentes, mais en rien comparable à une carte graphique de bureau.

Le support de la plateforme x99 et de la DDR4 dans les nouvelles versions d’OSX permettent d’envisager le futur sereinement à ce niveau, mais les avantages de cette plateforme et de la DDR4 ne sont pas encore nécessaires à mon sens.

Hackintosh : 1er soucis en 8 mois

Il fallait bien que ça arrive un jour ! Mon premier soucis sur mon Hackintosh depuis 8 mois ! Rassurez-vous, pas de réinstallation ni rien de grave, j’écris cet article dessus.

SuperDuper, le sauveur de Hackintosh

Merci SuperDuper !

Je met souvent ma machine en veille, je l’éteints rarement car je n’en ai pas vraiment besoin, et j’aime bien revenir où je m’étais arrêté rapidement. Il y a quelques jours, je l’ai donc mise en veille comme à son habituée, et l’ai laissée en veille depuis. Avec la chaleur de ces derniers jours, j’ai préféré travailler sur mon Macbook, pour éviter de chauffer inutilement la pièce de mon appartement où je travaille.
J’ai donc voulu la réveiller aujourd’hui, et surprise, le système ne démarrait pas. Je passais le Post et le bootloader, et BIM, plus rien, la machine redémarrait en boucle.
Bizarre, sachant que je n’avais rien fait de spécial depuis la dernière fois.

C’est là où je dis merci à SuperDuper. Ce petit utilitaire, que je vous ai présenté dans un article récent, permet de créer un clone parfaitement bootable de votre disque principal. J’ai donc pu démarrer sur mon clone datant de 15 jours sans aucun soucis.

SuperDuper
SuperDuper

Une fois démarré, j’ai utilisé le petit utilitaire « clover configurator » qui permet de lire le boot.log. Et en lisant un peu, j’ai vu que le bootloader tentait de démarrer l’image de veille, et n’y arrivais pas. Fichier se trouvant dans /private/var/vm/sleepimage. 
J’ai donc simplement supprimé ce fichier depuis un terminal, et redémarré. Et TADAAA ! Tout fonctionne parfaitement !

Petite morale de l’histoire : les backups c’est utile ! ;) Sans, j’aurais du passer par une clé USB bootable, et chercher la solution à la main.

Hackintosh : Faire fonctionner iMessage, Facetime et iCloud

Apple a changé ses méthodes d’identification lors de la connexion à leurs services en ligne, y compris iMessage ou iCloud. Cela signifie que la plupart des hacks/fix que vous voyez en ligne ne fonctionnent plus.
Cette méthode à été testée début Mars, et est parfaitement fonctionnelle. Continuer la lecture de « Hackintosh : Faire fonctionner iMessage, Facetime et iCloud »

Hackintosh : Migration de Chameleon/Chimera à Clover

J’avais, avant de me lancer dans l’expérience Hackintosh, beaucoup lu sur l’installation d’OSX, les méthodes conseillées et avais donc choisi le combo Unibeast / Multibeast, qui me paraissait le plus simple et facile d’installation, ce qui est effectivement le cas.

Continuant mes expérimentations avec mon Hackintosh, j’ai trouvé une nouvelle chose très intéressante.

illus-clover-multibeast
Continuer la lecture de « Hackintosh : Migration de Chameleon/Chimera à Clover »